Web

Bien communiquer sur Internet

Et si on demandait tous cette question : “À quoi ressemblerait mon activité en ligne si je n’avais pas de moyens de communication variés sur l’internet et si je n’avais que mon téléphone à portée de main” ?

LES MOYENS DE COMMUNICATION EN LIGNE QUE J’UTILISE POUR LES AFFAIRES

Pour être honnête, on ne peut même pas imaginer immédiatement à quoi tout cela ressemblerait. On a  dû noter et évaluer comment, à quelle fréquence et dans quelle mesure on communique avec d’autres personnes dans la vie professionnelle quotidienne, afin de créer une image dans ma tête.

Les différentes possibilités avec un exemple selon sa profession

1) Chaque jour, je communique avec au moins trois de mes collègues et assistants, qui soutiennent mon activité en ligne, par le biais de la messagerie texte dans ICQ (ICQ). Il en résulte une moyenne de 5 pages A4 de messages texte par jour. Dans les moments de dur labeur, la longueur de ce “ruban” donnerait une longueur d’avance sur n’importe quel rouleau de papier toilette (en taille, pas en qualité :).

2) Je passe 3 à 5 appels vocaux par jour via Skype ou un autre service de téléphonie IP (s’il n’y a pas d’argent sur Skype en ce moment et que on a  besoin d’appeler vers le téléphone et non vers un autre ordinateur, ce qui est gratuit). Le coût de cet article est d’environ 30 minutes d’appels par jour.

3) Je fais des appels vidéo via Skype lors de conversations particulièrement importantes, lorsque je dois regarder directement dans les yeux de mon interlocuteur, ce qui prend en moyenne 10 minutes par appel.

4) Chaque jour, je réponds à 3-4 demandes sur le site web du support client et des partenaires, qui ne peuvent pas être traitées par des assistants et nécessitent mon implication personnelle (d’ailleurs, jusqu’à ce que je fasse une liste de réponses aux questions fréquentes – FAQ – ces demandes étaient de 6 à 10 par jour.

Conclusion :

La FAQ est votre amie, elle vous fait vraiment gagner du temps). Cela prend généralement 10 à 15 minutes par demande, en fonction de la complexité de la question.

5) Et, bien sûr, le bon vieux courriel. Passé par le filtre d’autres modes de communication, je dispose d’une dizaine de lettres, dont la réponse à chacune prend, en moyenne, 5 minutes. À propos, le nombre de courriels qui me parviennent et qui nécessitent une réponse personnelle est, selon moi, un signe de l’efficacité de l’organisation du système de communication avec mon public (FAQ, site d’assistance, forum) : moins il y en a, plus il est efficace. Et si je devais dire que je reçois 158 courriels par jour et que j’y réponds jusqu’au chant des coqs du matin, ce serait une indication claire que quelque chose est pourri dans le royaume danois – le processus d’échange d’informations ne va nulle part. En conséquence, après avoir additionné tout le temps passé à me fournir la connexion à mon entreprise et en gardant à l’esprit les tarifs de la compagnie de téléphone locale, je suis arrivé à l’heureuse conclusion que l’utilisation de ces moyens de communication qu’offre Internet laisse dans ma poche une somme d’argent considérable, qui serait transférée dans la poche de la compagnie de téléphone si j’utilisais une “bête à boutons” à côté du moniteur.

En outre, certaines informations sont pratiquement impossibles à transmettre par des mots, uniquement par du texte. Par exemple, qui d’entre nous prendrait le risque d’afficher un lien vers une page Internet sur toute la longueur de l’écran ? Ce serait un spectacle amusant. Ça prend trois secondes via ICQ. Oui, et tous les calculs ci-dessus ont été faits sans tenir compte de la correspondance amoureuse quotidienne très chargée (rappel), de la communication avec les parents, les amis, les copains, les amis des amis et les copains des copains. Et si nous ajoutons à cela le fait que toutes les personnes avec lesquelles nous communiquons sont dispersées dans un intervalle compris entre la maison du voisin et l’autre côté de l’Atlantique, alors notre cerveau enflammé est incapable d’imaginer comment tout cela serait même possible (et surtout gratuit), sans Internet.

Alors, quel est le but de toute cette discussion ?

On est tout simplement devenu très curieux : que représenterait aujourd’hui le processus de communication via Internet en termes d’expression quantitative et qualitative, si j’étais… je ne sais pas… comptable, journaliste, médecin, avocat, plombier, étudiant, retraité, etc. Mais tant qu’ils n’ont pas inventé un dispositif de relocalisation des âmes, on ne peut pas le vérifier personnellement. On  se tourne donc vers soi : prenez des notes, quels moyens de communication en direct (c’est-à-dire en temps réel) via Internet utilisez-vous, à quelle fréquence et à quelles fins (affaires, travail, études, communication avec des parents, des amis, etc.) Voir https://metalinks.net/ qui montre bien des exemples sur ce point