Le visage dans l’histoire de l’art

De la barmaid rêveuse de Manet à la Marilyn Monroe multicolore de Warhol, de la superbe reine égyptienne de l’Antiquité à l’énigmatique femme souriante de De Vinci.

10 visages inoubliables dans l’histoire de l’art

Voici une série de visages que vous n’oublierez jamais. 10 visages inoubliables.

Edouard Manet – Bar aux Folies-Bergère (1882)

Le visage perdu, triste et rêveur de la barmaid, qui nous regarde dans le portrait de la vie nocturne parisienne de Manet, est le masque de la femme moderne. Éloignée de son environnement, elle tente d’ignorer la clientèle miteuse en attendant la fin de son service. Qui est, par exemple, l’homme qui se reflète dans le miroir ? Dans la vision du peintre, le travail est une exploitation anonyme, les relations entre les sexes sont dangereuses et la ville est une boîte de nuit clinquante mais sans cœur : tout cela se lit sur le visage de la jeune fille.

Leonardo da Vinci – Mona Lisa (1503-06ca.)

Légende et fantaisie entourent le visage le plus célèbre de l’histoire de l’art. On dit que Léonard a engagé des musiciens pour encourager son modèle afin qu’elle sourie et ne soit pas représentée avec l’expression sérieuse typique des peintures du XVIe siècle. Cependant, des études du portrait ont montré que ce sourire magique n’existait pas à l’origine et qu’il a été créé par le peintre lorsqu’il a retravaillé le tableau. En outre, rien ne vient étayer la thèse selon laquelle le modèle était en réalité un homme, ou Léonard lui-même. La toile pourrait être considérée comme une création non pas de Vinci le peintre, mais de l’anatomiste. Une étude sur la façon dont un visage peut être illuminé par un simple mouvement des lèvres.

Pablo Picasso – Portrait de Gertrude Stein (1905-6)

Alors qu’il esquissait le portrait de l’écrivain d’avant-garde Gertrude Stein, Picasso s’est plaint de ne pas pouvoir reproduire correctement son visage. Le tableau est resté dans l’impasse jusqu’à ce que le peintre soit inspiré par l’art primitif : il a soudain réalisé que le visage de la femme pouvait devenir un masque de pierre, une sorte de totem. Picasso a affirmé plus tard que Stein et ses compagnons modernistes expatriés à Paris n’étaient ni des femmes ni des hommes : “ils étaient américains”.

Domenico Ghirlandaio – Portrait d’un vieil homme avec son petit-fils (vers 1490)

Dans ce chef-d’œuvre intime et émouvant de la Renaissance florentine, un enfant regarde le visage étonné de son grand-père : c’est une œuvre d’art admirable en soi, en raison de la noblesse avec laquelle l’homme vit avec sa difformité physique. Ghirlandaio renverse l’idéal de beauté de la Renaissance pour révéler l’héroïsme de la difformité.

Andy Warhol – Diptyque de Marilyn (1962)

Le visage de Marilyn est-il vraiment inoubliable ou nous apparaît-il déjà comme un souvenir enfumé ? C’est la question que pose l’inquiétant diptyque de Warhol, composé de deux séries d’images imprimées dans des couleurs contrastées. Dans l’une, le visage de l’actrice est préservé par les couleurs vives, vives et indélébiles comme un masque mortuaire doré ; dans l’autre, sa beauté, perdue dans le processus de copie, s’efface devant nos yeux et n’est préservée que comme une trace grossière et inadéquate de la beauté morte.

Rembrandt – Une vieille femme, “La mère de l’artiste” (vers 1629)

Cette étude incisive d’un visage âgé a traditionnellement été interprétée comme un portrait de la mère de Rembrandt. Sans trop s’attarder sur l’identité du sujet, on peut constater que l’artiste a dépeint sa peau altérée avec tendresse et compassion, et peut-être avec quelque chose de plus. Le respect de la sagesse qui apparaît en même temps que les rides.

Ancienne Egypte – Buste de Néfertiti (1370-1330ca. B.C.)

Certains visages du passé ont survécu jusqu’à nos jours avec une étonnante clarté d’expression, et c’est précisément lorsqu’ils sont reproduits de manière si réaliste qu’ils deviennent inoubliables. Néfertiti était l’épouse d’un pharaon qui s’est rebellé contre la majesté de l’art égyptien traditionnel, recherchant un nouveau style plus proche de la réalité. Ce buste porte le portrait d’une femme morte il y a plus de 3 000 ans, et il est fantastique et surprenant de regarder ce visage et de réaliser qu’il pourrait être celui d’un modèle du XXIe siècle.

Johannes Vermeer – La fille à la boucle d’oreille en perle (1665-67ca.)

Dire que la mystérieuse jeune fille de Vermeer est “inoubliable” pourrait être trompeur, précisément parce qu’elle a été oubliée pendant des siècles. Ce n’est qu’au XIXe siècle, à l’époque de Manet et de la photographie, que le génie de Vermeer a été redécouvert et aujourd’hui, les yeux de cette jeune fille, regardant derrière elle, nous hantent en silence. Son visage est une combinaison scintillante de banalité et de beauté qui crée un léger halo de mystère autour d’elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code